Accueil

Nouveautés

Informations Générales

Minéraux, Sphères, Oeufs & Systématique

Fossiles

Météorites & Tectites

Fulgurites

Commande &
livres

Liens

Inscription
en ligne

Contact

 

 

La météorite de
Saint Ouen en Champagne


UNE NOUVELLE METEORITE FRANCAISE… DE 1799 !

Par Alain Carion et Pierre-Marie Pelé

 

 

En octobre 2006, Alain Carion acquiert la collection J. Chadel. Au milieu d’une large variété de minéraux et fossiles, il trouve une petite boite en carton contenant une pierre avec une étiquette qui indique : « Fragment de la météorite de St-Ouen-en-Champagne, Sarthe (1799) ».

 

Cliquez ici pour agrandir
Cliquez ici pour agrandir

Cliquez ici pour agrandir

Cliquez ici pour agrandir

Cliquez ici pour agrandir

 

 

Il s’agit bel et bien d’une météorite, cela ne fait aucun doute. Mais son appellation est inconnue dans la nomenclature officielle. Nous nous trouvons donc devant une chute française très ancienne et méconnue.

 Une rapide recherche sur Internet nous apprend que le Musée Vert du Mans détient un morceau de la météorite de Saint-Ouen-en-Champagne. Rendez-vous est pris avec le conservateur du musée, M. Nicolas Morel, le 5 janvier 2007.

 Quelle est donc cette météorite, quel est son passé, comment a t'elle pu rester cachée ainsi ?

 M. Nicolas Morel nous reçoit et nous relate l’histoire de cette météorite. Peu d’écrits existent à propos de cette pierre. Le premier texte connu date de 1841. La météorite est tombée le 29 septembre 1799, à 15 heures, dans la métairie du Pin située dans la commune de Saint-Ouen-en-Champagne, située à une cinquantaine de kilomètres au nord-est du Mans, dans la Sarthe. Un ouvrier qui battait du grain la vit tomber à ses pieds mais « qu’il ne put ramasser immédiatement à cause de sa chaleur [sic] », précise Albert Guillier dans un article publié en 1881 dans le Bulletin de la Société d’Agriculture, Sciences et Arts de la Sarthe. Elle « pesait 9 livres 7 onces, fut divisée et les morceaux distribués », soit une masse totale de 4,6 kilogrammes. On apprend également dans ce même article que deux échantillons furent envoyés, dès 1799, au Musée du Mans. Il n’en existe plus qu’un seul aujourd’hui, d’une masse de 39g, dans les collections du Musée Vert. Un spécimen-type de 1 gramme a permis à Catherine Caillet-Komorowski du MNHN de la classer en chondrite H5. Mais alors, où sont tous les autres fragments de cette météorite ?  Le conservateur du Musée Vert a interrogé les propriétaires actuels de la Métairie du Pin qui ne possèdent aucun fragment. De même, le Musée de Nantes et le Musée de la Monnaie à Paris qui avaient reçu après la chute des morceaux de la météorite ne les trouvent plus dans leurs inventaires. Plus de 4500 grammes de cette pierre manquent à l’appel. Peut-être les retrouverons-nous un jour au hasard de nos recherches.

 Il est amusant de constater que la tradition orale à Saint-Ouen-en-Champagne ait perpétuée jusqu’à aujourd’hui l’histoire de cette météorite mais que les Sociétés Savantes les plus illustres du XIXème siècle ne l’aient pas évoquée dans leurs publications. C’est ainsi que cette pierre tombée du ciel nous a échappée pendant plus de deux siècles. En tout cas, il est tentant de déduire de ce récit que nombre de météorites inconnues dorment encore dans les tiroirs de nos concitoyens et dans les réserves de nos musées.

  

Nous tenons à remercier pour son accueil et sa disponibilité M. Nicolas Morel. La météorite de Saint-Ouen-en-Champagne peut être admirée au Musée Vert, 204, av. Jean Jaurès, 72000 Le Mans, France. Horaires disponibles sur Internet en cliquant ici

 

 

Retour aux météorites

Page principale