Chasseurs de Météorites
     
- Guide et conseils -

____________

« CHASSEURS DE METEORITES »

Au début des années 1990, quelques rares personnes sont parties dans les déserts chauds à la "chasse aux météorites". Jai eu la chance avec mon fils Louis de faire partie de ces pionniers, il s'agissait d'une nouvelle ruée vers l'or, exercice tentant mais peu aisé: la recherche de ces pierres tombées du ciel nécessitant des moyens, une réelle pratique du terrain désertique, une bonne dose de persévérance et une certaine connaissance de ces objets extraterrestres.

Pendant une douzaines d'années nous avons eu la chance de faire des voyages extraordinaires, en autonomie complète entre 15 jours et trois semaines, dans des régions désertiques très inaccessibles à l'époque. Durant notre premier voyage, notre guide n'avait pour nous emmener (à près de 400km, à vol d'oiseau, du premier point d'eau et d'essence) qu'une boussole et une vieille carte anglaise plastifié datant de la guerre 39-45... L'année suivante il avait un GPS (énorme) qui donnait une position à plusieurs de centaines de mètres prêt, puis encore l'année d'après un téléphone satellite à 500 francs/minute (80€/minute): "si on a un problème, on est ruiné mais vivant", s'amusait-il à dire !
Grâce à ces expéditions nous avons découvert un peu plus d'une centaine de chutes de météorites (du caillou solitaire à la chute multiple de plusieurs dizaines de morceaux !)

  Le marquis de Mauroy écrivit au début du XXème siècle un manuel à l'usage des missionnaires et explorateurs afin de leur apprendre comment reconnaître une météorite. Parmi ses premiers conseils, il suggérait de faire une visite dans un musée ou une institution conservant ces objets afin de se familiariser avec eux.

Le conseil reste toujours d'actualité et je ne peux qu'encourager les futurs chasseurs de météorites à visiter un musée ou un planétarium où ils pourront voir et peut-être toucher ces fameux "cailloux de l'espace". Comme l'antiquaire souvent incapable d'expliquer rapidement pourquoi le siège Louis XV qu'il vous montre est authentique et non une copie, un chasseur de météorites confirmé ne pourra pas vous transmettre en quelques mots un apprentissage de plusieurs années.

Le témoignage humain reste fragile, pour nous particulièrement qui recueillions entre 50 et 100 témoignages par semaine sur des objets soi-disant extraterrestres. Mon fils a fait une statistique : 1 cas sur 10000 est une vraie météorite.
Nous sommes depuis les années 1990 au cœur de l'activité météorite, cela nous a permis de reconnaître ou de retrouver quelques météorites exceptionnelles: Chitenay, Mont Dieu, Alby sur Cheran, St Ouen en Champagne, St Aubin, Tuan Tuc, Tafassasset, Draveil, etc...

Vous pouvez aussi aller voir notre page dédiée aux astuces pour authentifier une météorites (textes et photos) en cliquant ici

    Chasseurs et scientifiques cohabitent dans un besoin réciproque: les premiers pour les trouver, les seconds pour les authentifier et leur conférer, de facto, une valeur marchande.

    Si vous partez à la chasse aux météorites, n'oubliez pas d'emporter un aimant. En effet, 92% des météorites contiennent un mélange de fer et de nickel et elles réagissent avec l'aimant. Mais attention ! Beaucoup d'objets bien terrestres eux aussi peuvent retenir l'aimant, et les météorites les plus rares ne tiennent pas l'aimant... (sinon ça serait trop facile... ^^)

    Le gros avantage des météorites est que l'on peut en trouver absolument n'importe où ! En effet la probabilité de chute est la même pour tous les points du globe. Elles se trouvent plus facilement dans les désert de sable et de glace car elles se voient et se conservent mieux. Malgré tout, il est possible d'en trouver aussi en France, même si la France ne se prête malheureusement pas à la recherche de météorites. Les endroits avec de la végétation, les champs cultivés et les forêts sont pratiquement inexploitables, par contre sur le bord d'un chemin, sur la plage, dans un toit ou une gouttière, dans un muret ou même une rigole, un parking, une route ou toutes autres surfaces bitumées, tout est possible....Il suffit d'avoir l'œil averti et beaucoup de chance !

 
   
     

Voici quelques photos des différentes expéditions que nous avons faites dans les déserts nord africain:

Cliquez sur les images pour les agrandir

Découverte d'une météorite par Alain Carion

Prise de coordonnées GPS d'une météorite, au milieu de nulle part, par Alain et Louis Carion

Découverte d'une météorite par Louis Carion

     

Le Désert Blanc encore "vierge" de touristes en 1990 à côté de l'oasis de Farafra

Ces dunes du Désert Libyque s'étendent parfois sur des centaines de kilomètres

Louis Carion devant le plus beau cratère, peut-être météoritique, d'un "champ de cratères" au sud de l'Egypte

     

Alain Carion et Robert Haag essayant le vélo, sans succès, pour chasser les météorites

Alain Carion teste un détecteur de métaux sur un "nid" de chondrites

Louis Carion collecte la météorite GSS019 (chondrite LL6)

     

Découverte de notre première météorite par Louis Carion. La première sur plus d'une centaine de chutes en 12 ans !

Cartes, boussole, GPS et directions. Le plus important dans le désert ? L'essence !

Louis Carion découvrant la plus grande fulgurite du Désert Libyque (65 cm)

     

Immensité de ces dunes du Désert Libyque qui s'étendent parfois sur des centaines de kilomètres

Départ avant le lever de soleil pour la chasse aux météorites dans la brume du matin

Superbe coucher de soleil sur les dunes du Désert Libyque appelées "dos de baleine"

     

Le "Désert noir", trouver une météorite ici: chercher une épingle dans une botte d'épingles !

Impactite "Verre Libyque" posée sur les "paléosols" du Désert Libyque

Le Désert Blanc encore "vierge" de touristes en 1990 à côté de l'oasis de Farafra

     

Passage obligé pour tout voyageur du désert avec véhicule: le "désensablage"...

Louis Carion en 2003 devant des peintures rupestres extraordinaires de la "Grotte des bêtes"

Découverte d'une météorite éclatée en plusieurs morceaux

     

Parfois, il faut changer de voiture pour pouvoir avancer !

Immensité de ces dunes du Désert Libyque qui s'étendent parfois sur des centaines de kilomètres

Louis Carion essayant de récupérer la racine d'une fulgurite

     

Louis Carion en 2003 devant des peintures rupestres extraordinaires de la "Grotte des bêtes"

Le célèbre sculpteur Michel Audiard en 2003 devant des peintures rupestres extraordinaires de la "Grotte des bêtes"

Peintures rupestres extraordinaires de la "Grotte des bêtes"

     

Louis Carion découvre la météorite GSS019 (chondrite LL6)

Louis Carion sur ce qui semble être des Shatter Cones dans le plus grand cratère du sud égyptien

Impactite "Verre Libyque" posée sur les "paléosols" du Désert Libyque

     

Superbe coucher de soleil sur les dunes du Désert Libyque

Les pyramides du Caire dans la brume du petit matin, fascinantes de prêt comme de loin...!

Bidons abandonnés de la guerre 39-45: de loin souvent pris pour des météorites...!

     

Retour au campement le soir après avoir passé la journée le nez rivé par terre. Météorite ou pas météorite ?

Le campement, le soir, au pied des grandes dunes

Un des seul êtres vivants du Désert Libyque: une eremiaphila (sorte de mante religieuse)

     

Découverte d'un "champ" de fulgurites, au milieu de la photo: le tube vertical qui continue dans la dune !

Chacun de son côté ça augmente les chances de trouvailles !

Superbe coucher de soleil sur les dunes du Désert Libyque

     

Collecte la météorite GSS019 (chondrite LL6)

Collecte la météorite GSS019 (chondrite LL6)

Collecte la météorite GSS019 (chondrite LL6)

     

Alain Carion fait un pause "vidage de chaussure"

Partant en autonomie complète entre 15 jours et trois semaines, heureusement qu'on trouvait un peu de nourriture sur le chemin !

Passage en voiture des grosses dunes du Désert Libyque